L’art de se perdre, pour se trouver. Dans la vie comme dans l’art.

PARTAGE LABYRINTHE KELLOGGS Enfant vous avez certainement promené un jour votre crayon sur une page de votre magazine Spirou ou Tintin, ou au dos d’une boîte de céréales d’un point de départ à l’arrivée au centre d’un labyrinthe, là où se trouvait le trésor. Maintenant, ces parcours se sont développés à grande échelle sous formes végétales éphémères dans les champs, à but touristique.

Les labyrinthes sont vieux comme le monde, ils symbolisent le chemin initiatique de l’homme vrai, de sa naissance à sa mort, agressé de gauche et de droite par les aléas de la vie, responsable de ses choix et décisions, obligé de faire marche arrière pour retourner dans le droit chemin, sans cesse à la recherche de son perfectionnement.

Ancient Coinage of Crete, KnossosOn en retrouve sur tous les continents, dans des cavernes préhistoriques, sous forme de cairns, aux sols des cathédrales, dans les jardins des châteaux, sur des pièces de monnaie, en mosaïques grecques ou romaines,… mais ce qui nous interpelle ici ce sont les labyrinthes cachés, mis en abyme en quelque sorte.

LABYRINTHE AMIENS

Le plus flagrant est sans doute le bâtiment du Pentagone, quartier général et ministère de la défense des USA à Arlington, Virginie. Labyrinthe que l’on ne peut saisir que du ciel. Ce plus vaste immeuble de bureaux du monde, compte pas moins de 28km de couloirs. Sa construction a débuté en 1947, un 11 septembre (!)

PARTAGE LABYRINTHE PENTAGONE

N’est-ce pas là que s’organisent les opérations clandestines menées hors des USA, que cogitent les esprits les plus retords, que se décide quel pays sera démocratie ou dictature ?

La tour de Babel, chef d’œuvre de Pieter Breughel l’ancien, n’illustre-t-elle pas un labyrinthe en 3 dimensions, démontrant les chemins tortueux et semés d’embuches pour atteindre une humanité unie capable des plus grands projets ? Rêve utopique que le Créateur ne permit pas… depuis lors les hommes parlent des langues différentes, pour leur malheur.

PARTAGE LABYRINTHE BABEL BREUGHEL

Si Manhattan avec ses rues à angles droits ou Paris avec ses grands boulevards, sont des villes faciles à intégrer, il n’en est pas de même pour Tokyo, ville labyrinthe par excellence, avec en son cœur le Palais Impérial où l’Empereur, tel la reine des abeilles, est protégé par le labyrinthe environnant. Bien que presque entièrement rasée à la fin de la guerre, Tokyo a été reconstruite dans le même esprit. Quelques grandes avenues, énormément de petites rues sinueuses, souvent étroites et un enchevêtrement d’autoroutes urbaines, des canaux, des passerelles, il faut vraiment être initié pour circuler dans ce dédale en voiture comme à pied. Il suffit aussi de regarder le plan du métro avec ses trois réseaux différents mélangés, pour se rendre compte de la complexité de la mégapole.

PARTAGE LABYRINTHE TOKYO

Et qu’en est-il dans l’art ? Une symbolique aussi ancienne ne devait pas laisser les artistes indifférents, certainement pas dans l’art abstrait du XXème siècle.

Les œuvres de Keith Haring cachent à nos yeux plus de labyrinthes que de raison. L’artiste était sans cesse à la recherche de liberté et en guerre contre le pouvoir établi et les conventions sociales. Par ses créations, il semble montrer que ce à quoi il aspire ne s’obtient pas aisément. Il se cherche dans la culture new-yorkaise, à travers les objets de consommation, parmi la communauté gay qui était la sienne. C’est peut-être pourquoi ses œuvres sont souvent construites comme des labyrinthes dans lesquels l’œil de l’observateur circule d’un élément à l’autre en première lecture, mais par des couloirs graphiques innombrables et multiples en seconde lecture.

TKC_Haring_In_Pop_Shop_NY 001

PARTAGE LABYRINTHE HARING 2Avec Jackson Pollock et Pierre Alechinsky, la lecture des coulées de peintures pour le premier et des tracés nerveux au pinceau pour l’autre, emmène l’observateur dans un réseau dense qu’il s’efforce de suivre et de comprendre. Leurs œuvres font penser à des labyrinthes impulsifs et spontanés, donc non calculés, fruits de leur inconscient, de composition fractale ou le détail est traité comme l’ensemble. A n’en regarder qu’une partie, on peut s’imaginer l’ensemble. On pourrait même comparer ces œuvres à un enchevêtrement de neurones.

PARTAGE LABYRINTHE ALECHINSKY POLLOK

Quand on plonge dans l’univers de Jean Dubuffet, la démarche est différente, l’artiste avoue s’être inspiré des dessins de malades mentaux.

Fondation Dubuffet

Ce sont ses œuvres des années 60 (sa période hourloupe) qui nous interpellent ici dans le cadre du labyrinthe. A les regarder, on est promené dans un univers cloisonné (sorte de labyrinthe sans issue) fait de lignes noires sur fond blanc, des zones hachurées ou coloriées de rouge et de bleu, des peintures mais aussi des sculptures et des lieux à visiter, comme à la Villa Falbala et son cabinet logologique, chambre d’exercice philosophique comme l’artiste la nommait. Un voyage initiatique en quelque sorte où le réel et l’imaginaire sont en opposition.

Pour tout connaître sur les labyrinthes, visitez cette page extrêmement bien faite:  

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

En 1980 sort Shining, un film signé Stanley Kubrick adapté du roman éponyme de Stephen King. Interprétation libre qui n’a jamais été appréciée du romancier. Un des points de discorde se passe à la fin du film, quand Jack Torrance, le personnage central du film, écrivain raté à court d’inspiration, devenu fou, s’en va à la poursuite de son fils Danny qui se réfugie dans le grand labyrinthe végétal, carré et enneigé de l’hôtel Overlook isolé du monde.

PARTAGE LABYRINTHE SHININGPour échapper à son père, Danny marche à reculons sur ses propres traces dans la neige. Jack s’égare et se perd dans le dédale glacé où y meurt gelé. Il n’y avait pas de labyrinthe dans le roman de King, c’est une invention de Kubrick. King n’a pas aimé !

Moralité, n’emmenez jamais vos amis dans des voies sans issues.

 

Brigitte & Jean Jacques Evrard
p.art.ages@proximus.be

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :