Au cœur de Munich, un Cavalier Bleu humaniste

En visite à Munich nous avons découvert un musée qui vaut vraiment le détour, la Lenbachhaus, qui possède la plus grande collection au monde de l’époque de «Der Blaue Reiter».

Un bâtiment ancien de style florentin (1891), auquel une aile nouvelle (très réussie) fut rajoutée en 2013 par le cabinet anglais Foster, abrite cette exceptionnelle collection de peintres expressionnistes dont les plus connus sont Vassili Kandinsky, Franz Marc et Auguste Macke. Ceux-ci ont fondé le groupe «Cavalier Bleu» en 1909, publié deux almanachs et organisé plusieurs expositions. Pourquoi Cavalier Bleu?  Tout bonnement de leur amour pour la couleur bleue, pour les cavaliers et les chevaux ! Simple non ?

Der Neubau des Neuen Lenbachhauses von Foster & PartnerCe mouvement créé à Munich juste avant la première guerre mondiale, se voulait ouvert à tous les arts, la poésie, la littérature, la musique, et toutes formes de peinture ou de sculpture, mais aussi aux artistes étrangers comme Paul Klee, Picasso ou Sonia Delaunay, sans aucun sectarisme.

Une belle démonstration d’ouverture d’esprit et d’humanisme. Cette riche association n’a malheureusement vécu que 3 ans, interrompue par la guerre et la mort au front de Franz Marck et Auguste Macke. Kandinsky a dû lui rentrer dans sa Russie natale, devenue ennemie de l’Allemagne. Les politiciens eux ne cultivaient pas l’art de la paix, et n’ont d’ailleurs toujours pas compris…

En trois années, ce mouvement a réuni quelques-uns des plus grands créateurs artistiques de l’époque. Tous mués par un renouveau spirituel de la civilisation, créant un art qui ne connaîtrait «ni peuple, ni frontière, mais la seule humanité» (Kandinsky).

Il en reste une production extraordinaire, tant en qualité qu’en nombre d’œuvres.

Une explosion de couleurs fabuleuses et des oeuvres agréables à regarder où souffle cet esprit nouveau. On découvre aussi comment Kandinsky est passé du figuratif à l’abstraction, en très peu de temps, mais… que de recherches, que de travail et que de doutes.

KANDINSKY 2C’est à Kandinsky que l’on doit la toute première oeuvre abstraite.

La collection permanente «Der Blaue Reiter» à la Lenbachhaus est la plus belle et la plus complète qui soit qui relate cette courte et riche aventure artistique.

Deux autres musées au monde se partagent les collections de Kandinsky (achetées ou léguées), le musée Salomon Guggenheim à New York et le Centre Pompidou à Paris.

La Lendbachhaus présente également des expositions temporaires d’œuvres (très) contemporaines, possède une boutique vraiment intéressante et un joli café avec terrasse pour une pause post-visite.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

En 1917 Vassili Kandinsky a 50 ans. A Moscou il épouse Nina von Andrewsky, elle a à peine 20 ans. Ils vivront ensemble, contre vents et marées de l’Histoire, successivement en Russie, en Allemagne pour finir en France où ils demandent la nationalité française juste avant le début de la guerre. Le peintre décède le 13 décembre 1944 dans son appartement de Neuilly.

VASSILI ET NINA KANDINSKIDe gauche à droite, Vassili Kandinsky, son épouse Nina, Georg Muche, Paul Klee et Walter Gropius, au Bauhaus.

En avril 1976, Nina donne au Centre Pompidou 15 peintures et 15 aquarelles du maître. Puis en 1980 elle lègue, sous réserve d’usufruit, l’ensemble des œuvres et documents encore en sa possession, dessins, carnets de croquis, notes, correspondance et collection personnelle de son illustre mari. Elle avait préféré le musée français aux appels insistants des grands musées du monde comme le Guggenheim de New York et bien sûr la Lenbachhaus de Munich.

Le 2 septembre 1980, Nina, retirée dans son chalet de Gstaad, est assassinée par des voleurs qui n’ont jamais été identifiés. Seul un gros diamant a été dérobé mais aucune œuvre de Kandinsky. Les malfrats n’ont aucune culture !

 

Brigitte & Jean Jacques Evrard
p.art.ages@proximus.be

3 commentaires sur “Au cœur de Munich, un Cavalier Bleu humaniste

Ajouter un commentaire

  1. Culture et confiture au petit-déjeûner ce matin.
    Ma journée, à défaut d’être rose , sera …bleue!
    Merci à vous . Chatouille

    J'aime

  2. Impressionnant! Gstaad me fait penser au Palace Hotel où j’ai eu l’occasion de pratiquer mes stages en cuisine et à la réception en 1972 et 1973…Il y a longtemps!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :